Réaction de Jean-Michel Bérégovoy à la démission de Nicolas Hulot.

 

Communiqué de presse du 28 aout 2018

 

Nous avons appris aujourd’hui ce qui apparaissait inéluctable au regard des décisions prises depuis plusieurs mois par le Gouvernement en matière d’écologie : la démission de Nicolas Hulot.

Pour ma part, ce n’est pas une nouvelle réjouissante même si je combats avec force ce gouvernement. En effet, ayant rencontré à plusieurs reprises Nicolas Hulot lorsque je soutenais sa candidature à la présidence de la République, j’ai pu mesurer alors la pertinence de l’homme, sa perception des grands enjeux planétaires et sa volonté sans faille à transformer nos politiques publiques.

Cependant, nous le voyons bien, que ce soit au plan national, international ou même local, la trop grande dispersion des écologistes et la défiance qu’ils entretiennent trop souvent les uns envers les autres nous paralyse et diminue l’impact de nos décisions ainsi que notre capacité à agir.

Et pourtant, face à une classe politique qui reste très majoritairement sourde aux grands bouleversements climatiques et environnementaux, nous le voyons bien, il n’y aura pas de politique écologique sans une écologie politique forte et rassemblée, et ce, dans l’intérêt de tous, de la planète, de ses habitants, mais aussi et surtout de celles et ceux qui sont dès aujourd’hui en première ligne face aux impacts environnementaux, démocratiques et sociaux du réchauffement de la planète. Espérons, c’est en tout cas mon propos, que la démission courageuse de Nicolas Hulot puisse permettre à toutes celles et tous ceux qui pensent que ce combat est désormais vital puissent se rassembler et porter ensemble un espoir pour les générations futures.

 

        Jean-Michel BEREGOVOY

 

Vous pourriez aussi aimer...

%d blogueurs aiment cette page :